Gestion d'une coopérative scolaire

Sous cette rubrique sont rassemblées des recommandations pour l'organisation et la gestion financière d'une coopérative scolaire : conseils techniques pour la tenue des conseils et de la comptabilité, règles de fonctionnement des régies d'avance, précisions sur la responsabilité du mandataire, modes de paiement des intervenants extérieurs... S'y ajoutent les bons de commande de documents utiles à cette gestion.

Conseils pour démarrer l'année du bon pied

Le fonctionnement de la coopérative scolaire est l'occasion de faire vivre les valeurs de la coopération mais il doit se mettre en place dès la rentrée, et un rappel préalable : la coopérative est au service des projets pédagogiques visant à développer la coopération. On commence donc par définir des projets, et non par se demander ce qu'on va faire de l'argent dont on dispose.

L'OCCE de Paris préconise au moins 3 conseils de coop par an, plus, idéalement 1 moment distinct lors de chaque CDM :

* en septembre, pour :

  1. élire le nouveau bureau (nous recommandons un changement de mandataire tous les 2 ans),
  2. exposer les différents projets des classes à l'ensemble de l'équipe, en évaluer les besoins et les possibilités, éventuellement faire des choix en fonction du budget dont on dispose et des subventions qu'on peut demander,
  3. déterminer les actions à mener dans l'école pour les faire aboutir.

* en janvier, pour faire un bilan à mi-parcours :

  1. où en sont les projets?
  2. est-ce que les élèves sont associés aux projets? où en est le budget?
  3. où en sont les demandes de subvention?
  4. quels projets peuvent être menés à terme?
  5. de nouveaux projets se sont-ils dessinés? peut-on les mener? comment?

* en juin, pour :

  1. faire le bilan de l'année,
  2. évaluer les points positifs
  3. analyser les éventuels problèmes rencontrés

Quelques principes fondamentaux sur les coopératives scolaires

1. La coopérative scolaire est une association d'élèves et d'adultes au service d'une éducation citoyenne, responsable et solidaire

Le but des coopératives scolaires est, avant tout, d'éduquer les élèves (par l'apprentissage de la vie associative et la prise de responsabilités réelles en fonction de leur âge) à leur futur rôle de citoyens.

La coopérative, c'est l'éducation citoyenne en actes et cet objectif dépasse largement les problèmes financiers auxquels elle est souvent associée.

2. La coopérative scolaire n'a pas pour but de se substituer aux obligations des collectivités territoriales concernant les charges d'entretien et de fonctionnement des écoles publiques

Elle ne doit contribuer ni à la réalisation de travaux, ni à la location ou l'achat de moyens d'enseignement (photocopieur, manuels ou fournitures scolaires), ni au financement des activités obligatoires intégrées dans le Projet d'Ecole et soumises au Conseil d'Ecole.

3. Les principes généraux du fonctionnement de la coopérative scolaire sont ceux de toute association : gestion démocratique, rigueur et transparence comptables.

Comme toute association, elle a des projets et peut avoir besoin de fonds pour les réaliser.

Plusieurs sources de financement permettent son fonctionnement : subventions des collectivités, fêtes, ristournes sur la vente de photographies scolaires...

4. La recherche de financements avec les élèves a une haute valeur éducative

L'importance du projet n'est pas tant dans son objet (sortie, voyage...) que dans la participation active et réelle des élèves à sa réalisation.

La mission de l'école n'est pas de former des élèves « consommateurs » passifs et assistés de projets. La mendicité auprès des familles n'est pas l'acte éducatif le plus intéressant.

Faire comprendre aux élèves que la réalisation d'un projet collectif implique échange et participation active de chacun (même dans la recherche des moyens pour le financer) est l'objectif essentiel des projets mis en oeuvre par la coopérative.

5. La participation financière quand elle est demandée aux familles ne peut être que volontaire et modique

Elle manifeste la volonté de soutenir les actions de la coopérative de l'école.

Mais l'aide que les parents peuvent apporter à la vie de l'association ne se limite pas à la seule contribution financière et ils prennent souvent une part active indispensable à la réalisation des projets de la coopérative. Pour toutes ces raisons, l'ouverture de la coopérative à l'ensemble des partenaires de la communauté éducative est une nécessité qui implique une réelle volonté de transparence, un souci de dialogue et une confiance sincère dans la volonté de mettre en place un indispensable partenariat éducatif au service des élèves.

6. L'affiliation de la coopérative à l'OCCE témoigne de la part des enseignants d'une volonté éducative ambitieuse et de l'adhésion à son projet

Articulées autour de pratiques pédagogiques spécifiques et des valeurs de la coopération (solidarité, entraide), les coopératives scolaires représentent un puissant levier éducatif pour la construction de citoyens autonomes et solidaires.

Participer activement à la vie de la coopérative, mettre en place des projets, en rechercher éventuellement les financements, c'est apprendre à débattre, à décider, à mettre en oeuvre, à évaluer...

C'EST « APPRENDRE A APPRENDRE ET A VIVRE AVEC LES AUTRES, PAR LES AUTRES ET POUR LES AUTRES, ET NON PAS SEUL CONTRE LES AUTRES ».

Haut de page